Vous êtes ici : Accueil > Célibataire à 30 ans, entre bonheur et pression sociale

Célibataire à 30 ans, entre bonheur et pression sociale

encore célibataire à 30 ans

Vous êtes encore une femme célibataire à 30 ans ? Moi aussi et franchement, ça ne me dérange pas le moins du monde.

Mais qu’en est-il du regard des autres ?

Et pourquoi le mariage serait-il le seul moyen d’être heureuse ?

Comment est perçue la célibataire de 30 ans ?

Tout d’abord, bien souvent, on lui attribue le surnom de « vieille fille ». 😮

Et puis, ce qui ressort aussi, c’est l’angoisse de la trentenaire pas encore casée, celle à qui on demande  » bah alors tu attends quoi ? »

En fait, pour beaucoup, le célibat à cet âge est synonyme d’un échec, alors que le mariage représente la clé du bonheur.

Mais, est-ce vrai ?

Pourquoi tous les gens mariés seraient-ils heureux et tous les célibataires malheureux ?

En fait, nous avons tous l’image préconçue que la vie, c’est : d’aller à l’école, trouver un travail, puis de rencontrer quelqu’un pour se marier, car ce sont les étapes décrites, à tort, comme le chemin vers l’épanouissement.

Elle est où l’âme sœur ?

Bien sûr, on a toutes rêvé du partenaire idéal :

  • Celui qui pourrait nous comprendre, anticiper, nous aider, nous aimer.
  • Celui qui serait à la fois le mari, l’amant, le frère, le père et le pote avec qui on rit.
Trouver l'âme sœur

Par contre, personne ne nous a dit comment le trouver.

Assurément, il s’agit de la pièce manquante du puzzle… Alors, qu’arrive-t-il lorsque cette pièce est introuvable ?

Faut-il croire au destin ?

Évidemment, à l’heure du virtuel, beaucoup de personnes cherchent leur âme sœur sur internet. Toutefois, il est difficile de croire à LA rencontre quand nous nous efforçons de tout maîtriser.

Mais, personnellement, je crois toujours au destin et je pense qu’un jour, il y aura LA rencontre qui aura un impact considérable sur ma vie. Alors, le temps qu’elle arrive, j’ai pour philosophie qu’il est important de se recentrer sur soi-même et de s’aimer avant d’aimer quelqu’un.

Et puis, même si une rencontre peut changer notre vie, il faut reconnaître qu’une expérience peut le faire aussi.

Le bonheur d’être célibataire à 30 ans, ça peut passer par l’épanouissement personnel ou simplement le fait de se sentir complète, indépendante et puissante.

Oui, nous avons besoin des autres, mais être heureux, au fond, n’est-ce pas un sentiment personnel ?

Choisir le bonheur tout restant célibataire à 30 ans

Pourquoi le fait d’être heureux devrait-il dépendre de quelqu’un ?

Nous devons pouvoir choisir notre bonheur sans avoir besoin de quelqu’un pour le trouver.

Même s’il faut du temps parfois pour se connaitre et faire les bons choix, nous avons le droit de faire des erreurs, de nous tromper, mais nous ne devons jamais abandonner le droit d’être heureuse.

Rester une célibataire heureuse

Ma conclusion

Finalement, pour répondre à cette fameuse question de savoir ce que j’attends en tant que célibataire de 30 ans, je serais ravie de rétorquer : Rien, car :

« Je n’attends pas d’un homme qu’il me rende heureuse, je le suis déjà. « 

Témoignage anonyme

Et vous, qu’en pensez-vous ?

1 commentaire a été publié pour “Célibataire à 30 ans, entre bonheur et pression sociale

Laisser un commentaire